Logo letter

Quand une personne entreprend une thérapie, c'est qu'elle est enfermée dans une histoire dominante insatisfaisante et sans issue, qui la fait en général souffrir.

La thérapie vise à aider la personne à comprendre l'influence de certaines histoires dominantes (culturelles, sociales, familiales…), et à créer de nouvelles histoires incluant de nouvelles perspectives et interprétations. Cela va favoriser de plus grandes possibilités dans sa vie, car chacun possède de nombreuses compétences, valeurs, croyances, qui seront utiles pour réduire l’influence des problèmes.

 

Une petite vidéo d'animation très parlante en illustration, le problème représenté ici est la timidité, ou la phobie sociale.

La thérapie narrative a comme hypothèse fondamentale que chaque individu se construit une histoire à partir des événements de sa vie. Au fil du temps, la personne en vient à adopter une version unique de son histoire de vie à partir de ses interprétations et des liens qu'elle établit entre les événements. Tout au long de la vie, les expériences sont transformées en histoires personnelles auxquelles la personne donne un sens et qui contribuent à façonner son identité, du coup elle choisit certains éléments au détriment d'autres.

La thérapie narrative est issue des travaux de Michael WHITE (thérapeute et travailleur social australien) et de David EPSTON (néo-zélandais) dans les années 80-90.

Selon Michael White : "La personne n'est pas le problème, le problème est le problème." Cela signifie que la personne n'est pas réduite au problème mais qu'elle a une relation avec ce problème, et que cette relation peut être modifiée.

L’approche narrative prône le respect et le non jugement de la personne qui est abordée comme l'expert de sa propre vie.

C’est avec respect que le praticien va engager une conversation qui pose la personne au centre de la relation.

 

J'en donne une approche simple dans cette vidéo !

5320434bc5c08

Pratiques narratives